L'anniversaire d'Armand Gatti à La Parole errante, Montreuil :
du 18 janvier au 26 janvier 2014

 

La Parole errante à La Maison de l'arbre - 9 rue François Debergue 93100 Montreuil

M° Croix-de-chavaux (ligne 9)


PROGRAMME

Réservation indispensable par email à courrier@laparole-errante.fr  

pour toutes les représentations et pour le pot d'anniversaire.


 

Le Poème de Berlin ou Les Personnages de théâtre meurent dans la rue

 

Texte Armand Gatti

Mise en scène Jean-Marc Luneau

Avec : Pauline Rumen, Marion Franqui et Sébastien Turner
© Affiche : Auteur : Raymond Moretti - La Parole errante.

 

Fin 1968, Armand Gatti s'installe à Berlin où il a été invité comme écrivain résident. Il doit se lancer à la recherche de Rosa Luxemburg. Il écrira Rosa collective, puis Quatre schizophrénies à la recherche d'un pays dont l'existence est contestée ; il fera un film sur les immigrés espagnols, Le Passage de l'Ebre ; il travaillera avec des étudiants, des ouvriers turcs.
Mais à son arrivée, cette ville au statut irréel, cette Jérusalem politique le subjugue, le submerge. Il y retrouve tout ce qui fut jusqu'ici ses préoccupations. La guerre bien sûr, la résistance, la contestation, la condition ouvrière, l'immigration, le foisonnement artistique, quelques grandes figures de son panthéon personnel. La ville est un immense point d'interrogation. Il entreprend alors ce long poème Les personnages de théâtre meurent dans la rue qui deviendra Le poème de Berlin.
Le texte pose d'abord la question de la présence même de Gatti dans la ville. Quels "Je" sont en jeu ? Puis, puisque c'est à son statut de dramaturge qu'il doit d'être là, comment un artiste peut-il intervenir, par sa création, dans une ville dont la réalité dépasse l'imaginaire ? Et comme toujours chez Armand Gatti, l'écriture se questionne elle-même. Au "que dire ?" s'ajoute le "comment dire ?" Quelle langue, qui ne soit pas déjà une idéologie, pour dire Berlin ?
 

Ces Empereurs aux ombrelles trouées

 
Texte Armand Gatti

Mise en scène Armand Gatti et Matthieu Aubert

Régie Stéphane Gatti

Chant Bianca Ianucci.

Avec Alexey Blajenov, Audrey Layris-Vergès, Camille Ferrand, Déborah Portnoï, Estelle Guérot, Flora Brousse, Hugo Botter, Jemma Saïdi, Leonor Illitch, Lucas Arnoldi, Lucie Guesnier, Marie Martinez, Nicolas Sers, Rachid Belkaïd, Rehima Yahaoui, Sylvie Paoli, Tess Tracy.

© Photographie : La Parole errante

 

Créée en 1991 au Musée Lapidaire dans le cadre du 45ème Festival d’Avignon, Ces empereurs aux ombrelles trouées s'écrit en huit « sourates » où parole et image s’affrontent pour restituer sur une scène de théâtre l’aventure collective de la sortie d’Égypte à la recherche du nom de Dieu. Un Dieu que se disputent depuis des millénaires les dignitaires religieux – ceux que Mao appelait ironiquement les « empereurs aux ombrelles trouées ». La pièce visite ainsi quelques moments clés de cette histoire conflictuelle des représentations et des appropriations du divin au sein des trois monothéismes, et au-delà. Y sont ainsi convoqués – entre autres – le concile de Nicée, la bataille de Poitiers, le procès du mystique soufi Hallaj, le trajet du théologien de la libération Camilo Torres et la Shoah... 

Initié en mars 2013 sous la houlette d’Armand Gatti et de Matthieu Aubert, un atelier réunissant un groupe de personnes de tous âges et de tous horizons débouche, presque un an plus tard, sur la recréation à La Parole Errante d’une partie de Ces empereurs aux ombrelles trouées, pièce-fleuve inédite, jamais encore montée dans sa totalité.

 


La Parole errante – direction Armand Gatti & Jean-Jacques Hocquard
est soutenue par
 Le Ministère de la Culture (DRAC Île de France), Le Conseil régional d'Île-de-France,
Le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, La Mairie de Montreuil-sous-bois.


 

 

 

 

 

 

 

 

 


mots clés: