Du 22 juin au 26 juin 2010
Exposition
1954, 1965, 1968, 2006
Amérique latine, miroir de nos engagements dans le temps

Deux metteurs en scène reprennent la piste des écritures latino-américaines d'Armand Gatti.

Sur 50 ans, Gatti reviendra régulièrement sur le génocide des Indiens, sur les luttes des révolutionnaires qui furent les lucioles d'un combat qui continue encore aujourd'hui. Armand Gatti y trouva la logique de son engagement dans le théâtre : il quitta le journalisme pour retrouver le sens de l'écriture.
Dans le cadre de la préparation de l'exposition sur les moments indiens du théâtre Armand Gatti, nous présentons à nos amis le travail des ateliers de sérigraphie, de théâtre et de poésie qui se sont déroulés à La Parole errante (et ailleurs) dans le courant de l'année 2010.
À cette occasion, nous donnons le nom de Michèle Firk au « café-rencontre » que nous avons installé au pied de notre pavillon.

Le 22 juin à 19h
Ouverture du Café « Michèle Firk » À la Maison de l'Arbre
La Parole errante - 9 rue François Debergue - 93100 Montreuil-sous-Bois


Le 7 septembre 1968, dans un petit pavillon d'un quartier populaire de Ciudad Guatemala, des policiers sonnent à la porte. Un coup de feu retentit. A l'intérieur, Michèle Firk vient de se suicider. Compagne de Camilo Sánchez, commandant du front urbain de la guérilla des Forces armées révolutionnaires, arrêtée quelques jours auparavant, la jeune femme de 31 ans tient la parole qu'elle avait donnée : ne pas parler, ne pas trahir. Enfant juive tenue au bout d'un fusil allemand, un matin d'été 1942, elle a pris sa revanche en s'immergeant dans le risque et en choisissant « la pureté de l'action ». Sa fréquentation des bidonvilles de Nanterre, son activité de porteuse de valises durant la guerre d'Algérie l'ont amenée tout naturellement à La Havane en 1963, conquise par la révolution. Préoccupée d'action, habitée par les paroles du Che, elle partira dans ce Guatemala « devenu le laboratoire US des techniques antiguérillas », et y mourra, fidèle à elle-même : « Il n'est pas honteux, au contraire, de faire de la lutte révolutionnaire l'axe de sa vie, autour duquel tout le reste ne sera qu'accessoire. » M.L



Programmation


Mercredi 23 Juin 2010
À la Maison de l'Arbre
La Parole errante - 9 rue François Debergue - 93100 Montreuil-sous-Bois

19h00 : Hommage à Camilo OSPINA

20h30 : Armand Gatti est-ce un nom d'Arbre ?
Par la compagnie « Le grand Théâtre »

Ce spectacle est né de rencontres entre Gatti et les membres de la compagnie Grand Théâtre. Le projet consistait à rendre la teneur de ces rencontres. Cela donne un spectacle qui essaie de faire la jonction entre une sorte de biographie de Gatti liée au développement de son idéal, l'histoire et les cheminements particuliers des artistes qui le créent, l'univers que Gatti donne à connaître, ses méthodes de travail qu'il lègue à ceux qui le rencontrent comme un passeur du monde.
Texte de Julien LUNEAU , Mise en scène de Jean-Marc LUNEAU, Décors de Nicolas HUBERT, Costumes de Anne MONIER.
Avec Denis GUIPONT, Isabelle ERNOULT, Etienne LUNEAU, Elsa ROBINNE, Twiggy MAUDUIT, Simon PONS ROTBARDT.


Jeudi 24 Juin 2010
À la Maison de l'Arbre
La Parole errante - 9 rue François Debergue - 93100 Montreuil-sous-Bois

20h30 : La Naissance
Pièce d'Armand Gatti (1968). Mise en scène de Mohamed MELHAA et le collectif strasbourgeois.

Avec Noémie BEAUVALLET (Xahil), Pauline BELNAUD(Julin I), Alicia BOHN (Sombreron), Solène COLLIN(Sergent Barranca), Sophie COUDRAY (Sophie, l'auteur), Julie HONORE (Julin II), Maxime KNEPFER (Twentyfive), Stéphane LEVEQUE (Mario Moya Aleman) - Aurore MAGNIER (Soldat Bulton), Appolline MATHELIN (Osmany), Gilles MICHAELIDIS (Lieutenant Butch), Morgane NASS(Ierba Buena), Lucie RIDIERAS (Gallo Giro), Alexandre SCHAFFHAUSER(Capitaine Lopez), Noémie VOKLIN (Pijije).


Vendredi 25 Juin 2010
À la Maison de l'Arbre
La Parole errante - 9 rue François Debergue - 93100 Montreuil-sous-Bois

20h30 : La Naissance
Pièce d'Armand Gatti (1968). Mise en scène de Mohamed MELHAA et le collectif strasbourgeois.

22h30 : Le Quetzal
Pièce d'Armand Gatti (sa première pièce, datation supposée entre 1956-1957). Mise en scène d'Éric Salama et le groupe provisoire de théâtre réuni dans les maisons occupées les «deux mi-lunes».


Pierre filante des Andes, astre de sang et de plumes, colombe deux fois verte traînant l'arc-en-ciel derrière elle, le quetzal est l'oiseau qui sans liberté meurt. Mais le quetzal c'est aussi le nom de la monnaie guatémaltèque. S'appuyant sur ce paradoxe, s'inspirant tant de la tragédie antique que de la farce ubuesque, Gatti écrit la pièce autour de cette question : "Peut-on laisser naître un enfant pour qu'il devienne un esclave?"
La pièce « le Quetzal »,tentative d'Armand Gatti de représenter le conflit entre le langage des colonisateurs (et des généraux) et le langage des Indiens, vient s'inscrire avec sens dans ce questionnement.

Les deux mi-lunes sont deux maisons, un jardin, un entrepôt, situés dans le quartier de la Boissière dans le haut Montreuil, squattées depuis novembre 2008. Depuis le début de l'occupation, la pratique de l'ouverture (comme moyen de casser les barrières entre les gens, de briser les séparations, de lutter contre l'atomisation) a été placée au centre de la vie des maisons : ouverture dans la composition variée des habitant-es ; ouverture du lieu sans restriction (d'argent ou autres) pour des fêtes, des concerts, des réunions, des ateliers, des cantines ; ouverture des maisons pour l'hébergement durable ou passager, pour des repas, pour se poser ...


Samedi 26 Juin 2010
À la demi-lune - 64 rue de la demi lune - La Boissière - 93100 Montreuil-sous-Bois

22h30 : Le Quetzal
Pièce d'Armand Gatti (sa première pièce, datation supposée entre 1956-1957). Mise en scène d'Éric Salama et le groupe provisoire de théâtre réuni dans les maisons occupées les « deux mi-lunes ».




Si vous voulez assister à l'une de ces manifestations gratuites, il est indispensable de nous prévenir car nous devons maîtriser le nombre de participants à nos réunions. Merci d'avance d'en tenir compte. Envoyez-nous un courriel pour nous dire quand nous vous accueillons :
courrier@laparole-errante.fr



La Parole errante est subventionnée par :
Le Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France)
Le Conseil régional de l'Île-de-France
Le Conseil général de la Seine-Saint-Denis
La Ville de Montreuil